Beige


Comme un pli dans la terre, où s’amasse l’énergie avant de se détendre violemment.

La vie se déploie dans ces failles, se ramifie, s’accroche.

Tu prends un bâton, puis un autre : ils ne cassent pas.

L’enfant vient, les frotte l’un contre l’autre. Ils s’enflamment.

L’oiseau qui cherchait sa pitance au bord de l’eau s’envole, tourne autour du soleil et disparaît.

Publicités

2 réponses à “Beige

  1. Je vois plus la mort dans les entrailles de la terre. Lieu de vie du cheval noir fils de la nuit et du mystère par la voie symbolique, cimetières du temps, mystérieuse comme la mort. Mais il est vrai qu’une chose n’existe pas sans son contraire et s’il y a la mort c parce qu’il y a, au moins sur elles, la vie.

  2. Hello Robert

    Quelle belles poésies reçues de ta part aujourd’hui !!
    Merci pour ce petit rayon de soleil

    Lisa

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s