Archives de Catégorie: Photos BuencaRmino

ce qu’il y a de plus beau


Juste une image, aujourd’hui. Pour que la douleur la plus violente n’ait pas le dernier mot. Soleil brûlant comme ce trou dans mon âme. C’était à Manille, une photo prise depuis mon balcon, au soleil couchant, vers 2003-2004. Face à la baie, « Nous aurons dit souvent d’impérissables choses » etc. (Baudelaire, Au Balcon). La poésie n’était pas un art, c’était l’écrin même de la vie. C’est vers cela qu’il faudra tendre, lorsque les mots reprendront du poids, de la forme et de la consistance, lorsqu’il sera de nouveau possible de les tailler pour construire avec eux quelque chose qui tienne. A cet enfant que l’a vie m’arrache aujourd’hui, je veux offrir ce qu’il y a de plus beau. Puisque le soleil nous dévore, il faudra plonger avec lui tout au fond de l’espace,  prendre tous les risques, et chercher, chercher sans fin ce qui est déjà là. Fondre dans sa substance. Accueillir ce qui naît. Le seul remède à la douleur, c’est de la consumer.

Le soleil je rêve

Publicités

Rando-logie fin des vacances


Cette petite chronique estivale se termine en images.

Une fois par an, plus souvent si possible, le corps et l’âme ont besoin d’aller respirer l’air des cimes.

A Nayes 4

Du lac Léman aux rochers de la Naye, un petit train à crémaillère, bien nommé « le train du chocolat », emmène les randonneurs de toutes les nationalités vers les alpages. De là, chacun choisit son itinéraire en fonction de sa forme physique et de son temps. Sommets, torrents, sapins, fleurs, les ingrédients habituels sont au rendez-vous.

Dès que l’on s’éloigne un peu du sommet le plus visité, la montagne est déserte, ou presque. De loin en loin, le son des cloches nous rappelle que nous sommes sur le territoire des vaches. Par chance, il fera bleu presque jusqu’au bout. Disons même : céruléen. Un endroit merveilleux pour organiser une chasse aux œufs de Pâques.

Pas de grandes envolées lyriques : marcher, c’est poser un pied devant l’autre, et recommencer.

Un randonneur coréen ne cesse de répéter « magnificent, magnificent ». Pour la peine, on lui propose de le prendre en photo.

C’est la fin des vacances, on vous souhaite bon courage et bonne rentrée.

Léman Montreux 3Léman Montreux 5

Naye 1

Retour à Ré


Il y a presque deux ans je retrouvais l’île de Ré, ses jeux de lumière sur les marais salans, les parfums de la dune et le plaisir physique de lutter contre le vent, contre la fatigue, la fierté de reconquérir un à un les mots, les sensations, les images et d’en faire un monde à partager. Après tant d’années au loin, je renouais une complicité presque enfantine avec ce coin de France. Un ami de Bangkok me parlait déterritorialisation, je répondais : Ré-paysement.

https://buencarmino.wordpress.com/2010/08/17/jeudi-5-aout-re-paysement/

Bien entendu, c’était la même chose, mais la même chose que quoi?

Déterritorialisation, cette faculté prodigieusement humaine d’inventer de nouvelles fonctions à partir d’une situation modifiée, de se créer un nouveau territoire, ancré dans le réel ou dans l’imaginaire. Génie de nos ancêtres nomades, chasseurs-cueilleurs. Et puis les sédentaires, ceux qui reviennent quelque part, les cueilleurs d’émotions et de sensations précises. Besoin d’ancrage dans un monde où s’effacent toutes les différences et tout ce qui pourrait porter du sens. 

Ce blog, né d’un triple pari, commençait sur ces mots, sur ces photos. On a parlé, depuis, de ce rapport compliqué au territoire, à l’identité, en des termes et en des lieux qui rendent presque impossible aujourd’hui d’y revenir sans poser de nombreux garde-fou, or le temps me manque, et ce serait ennuyeux pour le lecteur. L’envie de partager s’est trouvé d’autres voies, le blog a failli dépérir, négligé par son jardinier.

Et puis l’invitation d’un autre ami me ramène à Ré, pour quelques jours. Quelques photos prises entre les gouttes de pluie réveillent les « souvenirs sans nostalgie » dont parle cet ami. Le lieu, l’enfance et l’amitié se croisent, fidélités fertiles, mouvantes et libres, conversations nourries de sagesse. La joie de se baigner à nouveau, dès que monte un peu la température.

Sur la plage d’aluminium, au couchant, l’instabilité du monde est à prendre au mot.

Haddock et les idoles


Le capitaine Haddock tel qu’il apparaît dans Tintin et le secret de la Licorne par Spielberg s’écarte du personnage vulnérable, immature, attendrissant des albums. Dans une scène étonnante on le voit même remonter le moral de Tintin, tel un coach sportif secouant son équipe dans le vestiaire après une première mi-temps calamiteuse. Ce dérapage dégoulinant de bons sentiments trahit la vérité du personnage et son rôle dans l’équilibre général de l’oeuvre. Si Tintin, selon Serge Tisseron, a pour vocation de dire l’ordre symbolique du monde (en Analyse Transactionnelle, on dirait qu’il se charge d’exercer le contrôle parental), Haddock, dans le rôle de l’enfant, en exprime le désordre profond, la part irrationnelle de la vie avec laquelle il nous faut bien trouver des arrangements.

Extrait : « Quel secret se cache derrière le visage lisse, éternellement adolescent, de Tintin ? Ou, plutôt, que peuvent nous apprendre les imprécations du capitaine Haddock, les extravagances de la Castafiore, les distractions du professeur Tournesol, sur le secret qu’Hergé, peut-être, se cachait à lui-même ?

Ce diaporama nécessite JavaScript.

Dessine moi un cadeau


S’il te plaît, dessine-moi un cadeau?
Ce qui mûrit dans l’ombre et qui vient éclore au soleil
Les peaux mortes qu’on laisse après soi, pour mieux naître
Avec l’énergie des enfants, la bienveillance des anciens
Donner, recevoir ce qui vient

Légendes sur demande


Un petit moment d’espièglerie, d’humour pour finir l’année en beauté, qu’en dites-vous? L’auteur est fatigué, auriez-vous la gentillesse de proposer vous-mêmes des idées de légendes pour ces photos? Ou bien faut-il se passer complètement de légendes? Ce qui ne veut pas nécessairement dire que l’on renonce à la fiction. Milou, Haddock, la Castafiore (aaaah, je riiiiis)….  quelle jolie petite famille, réunie pour célébrer les fêtes dans un grand vibrato qui pourrait même aller jusqu’au contre-ut? Qu’on nous pardonne aussi la mauvaise qualité des photos, puisque le but n’est pas la prouesse technique, mais simplement le jeu? Et si la légende, aujourd’hui, c’était vous?

Alors, à vous de jouer…

Les mystères de la chambre rose