Archives de Catégorie: Coup de coeur

La peluche Tamaloo, triomphe de la douceur active


Dimanche 11 septembre 2016.

Une date qui donne le frisson. Comment ne pas se souvenir, en l’écrivant, de ce jour où la confiance s’est déchirée pour des millions de gens aux Etats-Unis, et sur toute la planète ? Depuis cet événement, les cyniques et les pessimistes ont beau jeu de se moquer de ceux qui portent, malgré tout, l’espoir dans la possibilité d’un monde meilleur, plus vivable pour les prochaines générations.

On observera d’ailleurs que ce sont souvent les mêmes qui, par leur négationnisme climatique, retardent l’adoption des mesures audacieuses qui permettraient d’éviter le pire.

Dans leur bouche, le mot « bisounours » résonne comme une douce injure. C’est une arme hypocrite, à la violence déguisée en condescendance, redoutable en réalité. On peut leur répondre avec cette puissante citation de Vaclav Havel, rapportée par le pasteur Rainer Eppelmann à Angela Merkel à un moment où elle se trouvait en difficulté en raison de sa politique d’accueil envers les migrants.

« L’espoir », écrivait l’ancien dissident Tchèque, « l’espoir, ce n’est pas la conviction qu’une chose se termine bien, mais c’est la certitude que cette chose fait sens, quelle que soit la manière dont elle se termine ».

Mais l’horreur n’est pas le sujet de cette chronique. Nous reviendrons plutôt sur la douceur, la douceur active, intelligente, efficace.

Hier, j’étais à Novancia pour coacher des doctorants participant aux 24 heures chrono de l’entrepreneuriat (https://www.novancia.fr/24H-chrono-entrepreneuriat-doctorants-2016), organisé conjointement par cette école et l’ANRT.

Le pitch : « Avec pour objectif de désacraliser l’entrepreneuriat, cet évènement doit permettre aux participants de conjuguer leurs connaissances scientifiques avec l’audace de la création d’entreprise.

10 équipes de 7 doctorants vont concourir durant 24 heures non-stop pour proposer à un jury d’industriels et d’entrepreneurs des projets d’entreprises réalistes s’appuyant sur leurs connaissances scientifiques »

Dans la pratique, ce sont 70 participants et leurs coachs qui phosphorent non-stop, deux jours et une nuit, dans un cadre propice à la formation de l’intelligence collective. La diversité des disciplines scientifiques et des cultures garantit la richesse des propositions, mais cela rend aussi plus difficile d’en choisir une seule et de l’affiner jusqu’à ce qu’elle se transforme en un projet viable.

Vivre le deuil d’une bonne idée, à fortiori de plusieurs, est une expérience pédagogique essentielle, surtout lorsqu’on la vit en mode accéléré.

C’est la deuxième fois que j’ai le privilège d’accompagner une équipe dans le cadre de ce Challenge, en Australie en mai dernier et cette fois-ci à Paris. A chaque fois c’est un bonheur de travailler en compagnie des esprits les plus vifs, les plus frais (même après 24 heures sans dormir), les plus innovants. Les aider à canaliser leur énergie créative dans un sens productif, à renforcer leur argumentation, à se préparer à la redoutable épreuve du passage devant un jury très averti.

A la fin de la journée, les deux semi-finalistes ont l’honneur de présenter leur projet devant le jury et l’ensemble des participants.

L’un de ces deux projets m’a particulièrement touché. Les doctorants avaient décidé de s’attaquer au sujet de la douleur des enfants malades, difficile à traiter efficacement car ils ont du mal à expliquer leurs symptômes.   Pour contourner la peur de la blouse blanche et favoriser le dialogue avec les enfants, ils avaient eu l’idée d’équiper de capteurs une peluche, la « peluche tamaloo ».

Des caméras fixées dans les yeux de la peluche pouvaient capturer l’expression faciale des enfants, qui constitue un indice fiable de leur niveau de douleur. Un microphone et d’autres capteurs sensibles permettaient d’enrichir le contact sensoriel avec l’enfant pour pouvoir établir ensuite le traitement le plus efficace.

Cette alliance de la science médicale, de la technologie et de la douceur enchanta le public, soulevant des salves d’applaudissement.

Une fois de plus, il était démontré que les bisounours pouvaient gagner la partie. Les capteurs et le big data au service de l’empathie : quoi de plus puissant ?

Paroles d’insoumises


Parler des autres, ou mieux encore, leur donner la parole, offrir un petit bout de blog, un espace à ceux dont on aime les mots. Il y a quelques jours, c’était mon ami JB Plantin, qui cesse de mesurer ses performances, aujourd’hui c’est au tour de Margotte.

J’avais évoqué Margotte et ses terribles douleurs dans un premier article « Margotte a mal au dos« , ici : https://buencarmino.com/2013/10/06/margotte-a-mal-au-dos/ en réponse à cet article de son blog : https://somethingintherain.wordpress.com/2013/09/16/un-peu-de-moi/

Mais si j’y reviens aujourd’hui c’est pour signaler un beau texte, lumineux, plein de vie, le récit d’un « simple » moment dans un parc publié dans son blog somethingintherain :   https://somethingintherain.wordpress.com/

Extrait : « Le plus téméraire des enfants va récupérer le jouet à pas de loups, puis, jetant un dernier coup d’œil à ces deux personnes bien étranges, le lance à nouveau et fait redémarrer le jeu. Quelqu’un d’autre veut jouer, et alors qu’ils courent un tout petit chien arrive et fonce sur le ballon. Il est minuscule et saute vers eux, vers la balle, accélère, bondit et semble rire aux éclats. Soudain il tourne la tête et une voix crie : « Isis ! » »

Cette histoire de petit chien me fait penser à celui que Turner ajouta au dernier moment dans l’un de ses tableaux les plus célèbres (Mortlake Terrace). Plus qu’un détail, j’y vois l’irruption de la vie même, le mouvement dans l’écriture – et la surprise, magique.

Alternance de la douleur et de la joie, de l’enthousiasme et de la tristesse, avec une égale intensité. Parfois, on me dit que « je vis dans un jardin plein de fleurs ». On m’accuse de manquer de réalisme parce que je veux voir, de préférence, le côté lumineux des choses. Mais si j’aborde des sujets plus graves, on m’en fait également le reproche. Alors que ce qui m’intéresse, c’est le contraste.

Je pourrais aussi parler de Virginie Despentes et de son dernier livre, Vernon Subutex, alors voici sa dernière interview : http://www.estrepublicain.fr/actualite/2015/06/07/je-sens-autour-de-moi-une-colere-souterraine

Extrait de l’interview :

Cette comédie humaine a un côté balzacien…

« C’est un polaroïd de notre époque, un instantané subjectif et partial, mais je n’ai pas l’ambition de Balzac, et le roman n’est plus ce qu’il était à son époque. Balzac savait qu’il prenait en charge la narration principale de son époque, dans un moment où son pays comptait dans le monde. Aujourd’hui, le roman n’est plus si important, c’est à part, une sorte de niche, et la France, tout le monde s’en fout… Les gens s’intéressent plus aux séries télé qu’aux romans. Dans 100 ans, plus personne ne lira mes romans, je suis tranquille. »

Je ne suis pas d’accord avec cette idée que « la France, tout le monde s’en fout« , mais il me plaît que la parole circule. Et je crois même que Virginie Despentes est une raison très honorable d’aimer la France contemporaine, et de s’y intéresser.

Les femmes, leur parole, leur regard, sont probablement ce qui se passe de plus intéressant dans notre pays en ce moment.  On est ici dans le contraire de la Soumission, (par vous-savez-qui). Il y a dans cette parole insoumise de l’amour,  frappant avec son bec de poussin depuis l’intérieur de la coquille, un duvet sale au coin des lèvres,  et des éclats rieurs au fond des yeux.

Méditation d’amour et de lien


En ce jour où l’on commémore les horreurs de la première guerre mondiale, j’ai plaisir à vous proposer, avec Christophe André, une Méditation d’amour et de lien. Le livre-CD « Méditer jour après jour » propose une série d’exercices très accessibles. Ceux qui avaient découvert la méditation en pleine conscience avec « méditer pour ne plus déprimer », apprécieront les nouveaux exercices sur des thèmes variés.

http://livre.fnac.com/a3531890/Christophe-Andre-Mediter-jour-apres-jour

Précisons, s’il était encore nécessaire, que la méditation, tout comme le coaching, n’est pas réservée à « ceux qui vont mal », mais à tous ceux qui désirent « aller encore mieux ». Pratiquer, s’entraîner à la bienveillance envers les autres, envers soi-même, envers le monde qui nous entoure, ne peut faire que du bien.

Je vous souhaite un 11 novembre sous le signe de l’amour, de l’affection, du lien et de l’harmonie.

Avec une pensée toute particulière pour mon ami Pierre T, qu’il se porte bien.

Léman Montreux 5

 

Coup de coeur au blog Analogos


Juste un coup de coeur aujourd’hui : le blog de Francis Royo : Analogos et sa page d’aphorismes Aporos. Où je m’aperçois, en choisissant les « tags » de cet article, que « naufrage » et « courage » font une rime riche. Matière à méditer, contenue dans peu de mots, poésie sans éclats de voix. Ouverture et lumière au bout des tunnels de cendre. S’autoriser la poésie quand la douleur persiste.

http://analogos.org/category/aporos/

Aporos 254

caresser les naufrages du bout du cœur c’est encore s’accrocher à une île

Publié dans Aporos | Marqué avec , ,

Aporos 252

l’originalité indémodable de l’instant est de n’être plus

Coexister c’est comprendre ce qui peut offenser l’autre


Aujourd’hui, c’est difficile d’écrire, mais vous lisez. de France métropolitaine, de la Réunion, de Luxembourg, du Brésil, des Etats-Unis, du Canada… Qui êtes-vous donc? Délicieux mystère!  Alors comme ça, pour le plaisir, façon de dire je vous aime, un lien vers une magnifique interview de JMG le Clézio dans le Monde, titrée : « Coexister, c’est comprendre ce qui peut offenser l’autre ». Lien ici.

Un extrait :

A l’île Maurice, on peut donc parler d’une société multiculturelle ?

L’île est multiculturelle depuis bien longtemps, puisque des communautés différentes y vivent ensemble depuis le XVIIsiècle, quand les Hollandais l’occupèrent avec des esclaves africains et malgaches. Par la suite, les Français l’ont colonisée, amenant de nouveaux esclaves, puis les Anglais, accompagnés par des Indiens hindouistes et musulmans, sans oublier l’arrivée des Chinois. Cette pluralité s’est traduite, à l’usage, par une certaine tolérance, d’autant que les Anglais ont favorisé le multiculturalisme en instituant des lois qui respectaient les religions et les langues de chaque communauté.

Dans une île où, plusieurs fois par jour, dans un quartier ou l’autre, vous entendez les cloches de l’église sonner, le gong battre dans un temple tamoul, ou l’appel du muezzin, vous êtes préparé, déjà auditivement, à cohabiter avec des gens différents. Ensuite, visuellement, vous découvrez dans les rues des personnes de toutes les teintes de peau, vêtues et coiffées de toutes les manières, avec des façons de se parler changeantes, des règles de vie dissemblables, une cuisine bien à eux. Cela oblige à porter une grande attention à tout le monde. Mais il ne s’agit pas seulement de vivre côte à côte. Coexister dans ces conditions implique une compréhension de ce qui peut offenser l’autre.

Pour les abonnés, l’interview complète est dans les archives du Monde : http://goo.gl/VVos8k

Et comme cet article ne sera pas accessible longtemps j’ajoute deux autres interviews de Le CLézio : celui-ci dans Zinfo 974 lien ici  et enfin ce troisième sur YouTube lien ici.

 

Si vous avez le temps, lisez la Quarantaine, magnifique roman qui se passe sur un  ilôt au large de l’île Maurice.

Bonheur de l’attention choisie


Je vous écris d’un hôtel sinistre, à Tunis, à la fin d’une journée bizarre. (Le mot « sinistre » est largement exagéré, mais il sonnait bien, pardon pour la fausse alerte). Le sujet du jour n’est pas des plus roses non plus : BuencaRmino ne s’intéresse pas qu’au dessin, à la PNL et aux sympathiques petits colibris. Parfois, des thèmes plus difficiles requièrent notre attention. Il faut les traiter aussi,  par souci d’équité, par goût du défi : pour voir jusqu’où on peut aller.

Celui-ci m’encombre l’esprit depuis quelques semaines. Le 15 août, après le suicide de Robyn Williams, mon amie Jeannie Javelosa a posté ce message sur son profil facebook. Je le traduis aujourd’hui, surmontant ma réticence à aborder ce thème pas très « fun ». Parce que cela me paraît plus que jamais nécessaire. Dans son message, elle parlait de la dépression, de ces souffrances cachées autour de nous, que nous ne voulons pas voir. Elle nous invitait à être attentifs, à prendre soin les uns des autres, à ne pas craindre de voir la face laide, rugueuse, de l’existence. Elle écrivait : « il peut arriver à chacun d’entre nous de traverser des moments difficiles. Saviez-vous que les gens qui paraissent les plus forts sont souvent les plus sensibles ? Saviez-vous que ceux qui prennent toujours soin des autres sont souvent ceux qui ont le plus besoin qu’on prenne soin d’eux ? Saviez-vous que les trois choses les plus difficiles à dire sont « je t’aime », « pardon », et « j’ai besoin d’aide » ? Parfois, il faut aller au-delà du sourire d’une personne qui semble heureuse pour percevoir comme elle souffre en réalité. » Jeannie et moi avons tous deux perdu des proches qui, un beau jour, n’ont pas trouvé l’énergie de vivre une minute de plus. Il faut en parler, à tout prix, briser le tabou. Mais pas à la manière ignoblement commerciale dont le fit une grande agence de communication proposant d’en faire un « sujet de conversation », comme on dit aux Etats-Unis. Prévention, oui, récupération, non merci.

Voilà plus d’un mois que, sur l’invitation de Jeannie, j’ai re-posté cet appel à la vigilance et à la compassion sur mon profil, sans mettre à exécution mon intention originelle de le traduire. Et puis voici qu’un article du Monde consacré à l‘essayiste suisse Yves Citton, (lien ici) spécialiste du « capitalisme attentionnel », revient sur le sujet de l’attention. Abordé sous un angle économique, cela donne : « l’attention est devenue le capital de ce nouveau monde, sa richesse et l’objet de toutes ses convoitises ». Et bien sûr, pour faire monter sa « cote », il faut éviter comme la peste d’écrire sur des sujets tels que le suicide ou la dépression. Tant pis pour ma cote. Que dit-il encore ? « Nous sommes à la croisée des Chemins. Chacun peut apprendre à gérer ses ressources attentionnelles (!) pour être plus « compétitif »… ou alors, nous pouvons apprendre à nous rendre plus attentifs les uns aux autres, ainsi qu’aux relations qui tissent notre vie commune ». Yves Citton écrit sur des sujets peu propices à attirer l’attention, justement. Ce qui le rend tout à fait sympathique.  Amoureux des livres, il propose une « écologie de l’attention » (liens ici  et ici)

On y trouve cette idée que l’attention profonde – aux autres, à des musiques, à des œuvres d’art, nous propose une  qualité d’expérience extraordinaire à condition de savoir nous rendre disponibles et de faire ce choix consciemment. C’est ici que reviennent les roses : leur parfum nous promet bonheur et puissance. Vous les méritez bien, vous qui avez fait l’effort de lire jusqu’ici.

Tintin à Madagascar


Rentrée tout en rondeur et de bonne humeur, sous prétexte d’aller tester des procédures de crise au bord de l’océan indien. Maurice, Madagascar : quand le travail stimule au lieu de fatiguer. Jusqu’à l’arrivée d’un nuage de criquets, qui nous précipite aux fenêtres avec des cris d’enfants, l’ambiance est vibrante et productive comme celle d’une ruche. Lorsqu’on atteint sans effort un haut degré de concentration, que les actions s’enchaînent avec naturel et fluidité, lorsque la plus grande rigueur n’exclut pas les fou-rires et que la discipline d’une équipe entière évoque le sport plus que le militaire, on sait que l’on vit un moment de « flow » décrit par Mihaly dans « Vivre », l’un des livres fondateurs de la psychologie du bonheur.

Et c’est un bonheur aussi de vivre cela si loin de chez soi, parmi des gens issus de cultures si différentes, mais qui s’harmonisent entre elles avec la suavité des consonnes et des voyelles adoucies dans l’accent créole. Ici, l’intelligence collective se respire parmi les parfums de vanille et les brises marines.

Créole aussi l’humour si particulier, léger, moqueur avec bienveillance, l’humour des îles.

J’en veux pour témoignage ce « Tintin à Madagascar »,(lien ici)  fausse couverture servant de décor aux boîtes de marqueterie vendues à l’aéroport. Délicieusement parodique, l’objet remise au musée de la ringardise le « Tintin au Congo » de honteuse mémoire. Au mépris colonial répond la subtilité, doublée d’un savoir-faire artisanal exceptionnel.

 Tintin à Madagascar 3

Les malgaches que j’ai rencontrés ne se croient pas obligés de tordre les commissures des lèvres d’un air sinistre pour paraître professionnels, puisqu’ils le sont. J’aimerais tant que la Banque Mondiale et le FIM s’en aperçoivent pendant qu’il est temps de stabiliser un pays qui se relève à peine d’une période agitée.

Comme Tintin, personnage aux deux visages, l’un noble et solidaire, l’autre ignoble et donneur de leçons, choisissons celui que nous voulons incarner. Mais choisissons vite.

A propos de ruches, coup de cœur sur un sujet qui n’a rien à voir : c’est la saison du miel. Bonjour à mon ami Jérôme Veil, happy-culteur et fondateur de « Miel de quartier » (lien ici).

Une arrière-saison combative et drôle


Allez, je m’en doute bien qu’elle ne vous dit rien qui vaille, cette rentrée qui se faufile, doucereuse, hypocrite, sur la queue d’un été finissant avant même d’avoir commencé. Vous vous sentez floués, grugés par les promesses de dopamine et d’azur non tenues, ou trop légères pour véritablement tenir au corps. Ce sont des bénéfices trop vite évaporés, de trop menus plaisirs menaçant de tourner à l’aigre. Et pourtant, cette rentrée, à moi, elle me donne une faim d’ogre.

Par esprit de contradiction, bien sûr, mais pas seulement.

J’ai pour ma part de très belles raisons de chérir le mois de septembre. Dans la lumière dorée du Luxembourg, où passe parfois l’éclair d’un écureuil, j’ai caché des graines de souvenirs. Je les cultive en jardinier gourmand, sans une once de nostalgie. Plus loin, la rue Vavin remonte vers le boulevard Montparnasse où de modernes alchimistes s’entrainent à reprogrammer le vieux plomb, pour en faire de l’or. La formule est connue : corps, langage, mémoire. Car nous avons de l’or entre les mains, des roses fraîches dans le cœur, aux lèvres un goût d’épices. J’aime aussi l’air frais des matins vivaces : il y a parfois dans ces arrière-saisons des recommencements qui flamboient, de glorieux hasards, des surprises à l’éclat de diamant. Mais ce sont des diamants qu’il faut tailler pour qu’ils brillent, ils ne sont pas donnés. Ces étincelles qui se rallument avec l’ardeur d’une seconde chance, il faut en saisir la magie, tout de suite, et s’accrocher. Sachons allumer ces mèches prometteuses. Ne craignons pas de dynamiter la morosité qui s’installe : ce n’est jamais qu’un nouveau conformisme, à retourner comme un vieux gant. Soyons le départ du fou-rire dans une assemblée de notaires.

Pour aujourd’hui, je n’en dirai pas plus.

PS : ne ratez pas la série que publie en ce moment le Monde sur Plonk et Replonk, les graphistes suisses à l’humour délicieusement loufoque (lien ici).  Ils détournent des images quasi-vraies, ou les recomposent pour créer des bijoux hilarants. Parmi leurs carte postales décapantes : « le percement de l’arc de Triomphe » ou la « famille de cosmonautes » (lien ici) qui prennent la pose, en scaphandres ajustés à leur taille et à leurs costumes 1900. Il ne tient qu’à nous d faire, de chaque instant, une Belle Epoque.

Atterrir en douceur


Le bonheur est, avec l’amour, le seul territoire qui s’accroît quand on le partage. Plus on donne, plus on reçoit, plus on s’enrichit. Plutôt que de laisser l’appréhension du retour gâcher votre fin de vacances, (que vous soyez ou non partis, ou déjà revenus),  je vous propose aujourd’hui de pratiquer très concrètement la pensée positive, voire même de passer à l’action, inspirés par ces deux « coups de cœur ». Voici deux projets magnifiques, tournés vers le partage et la création. Le premier, ancré dans un quartier populaire de Clamart, est à la croisée de l’Economie Sociale et Solidaire et de la création. L e second est ancré dans le temps, et dans une communauté de créateurs, puisqu’il s’agit de célébrer les vingt ans d’Aracanthe. On reviendra bientôt sur le crowdfunding, qui permet de soutenir des projets en accord avec nos valeurs et nos envies, chacun selon ses moyens.

Premier coup de cœur : la maison de la Création : lien ici

http://www.bulbintown.com/projects/la-maison-de-la-creation/accueil

La Maison de la création, c’est le lieu convivial et ouvert à tous qui permettra à l’associationL’échelle de Soie d’accompagner encore mieux les familles du quartier et les créateurs locaux dans leurs projets artistiques à travers :
– une boutique de fournitures spécialisées, pour les artistes de tout poil en quête de pinceaux, toiles,etc…
– un espace d’exposition-vente dédié aux créateurs et artisans locaux,
– un atelier alternant cours, démonstrations, et créneaux en libre accès pour des rencontres et transmissions de savoir entre habitants
– et bien sûr un café poétique chaleureux pour se rencontrer et discuter autour d’une revue ou d’une de nos spécialités uniques au monde !  

 Deuxième coup de cœur : 

Le 4 octobre prochain, Aracanthe (lien ici) vous invite à célébrer 20 années de création, d’échanges, d’expériences, de rencontres sur le thème de la création artistique.  Le « passage à l’art » c’est ce moment où l’on ose s’affranchir de ses craintes, où l’on enjambe allègrement la barrière invisible supposée séparer les « professionnels » des « amateurs », pour le défi, pour « voir ce qu’il y a de l’autre côté ». Et vous, quand avez-vous fait quelque chose de nouveau pour la dernière fois?

Chapitre 7. « Mais tu n’es pas noir ?! »


« Mais tu n’es pas noir »! Flaubert aurait adoré. La bêtise énorme, au front de taureau. La rencontre avec la trisomique. Les différences révélatrices – mais de quoi? C’est un plaisir de partager ce petit morceau de verve pure avec les lectrices et lecteurs de BuencaRmino. Merci, « Port-Bouêt ».

Le mystérieux sixième sens de la Dame à la Licorne


Histoire d'Intuition

Datant du XVe siècle, la tenture de la Dame à la Licorne, serait, selon les chercheurs médiévistes, une allégorie de nos cinq sens, et la révélation d’un ultime, le « sixième », sens du coeur et porte d’accès au monde spirituel.

intuition, sixième sens, dame à la licorne Pendant des siècles, la célèbre tapisserie médiévale de la dame à la Licorne a gardé son mystère, jusqu’à ce que, dans les années 1920, puis en 2000, le chercheurs médiévistes s’accordent sur une interprétation spirituelle de l’oeuvre. La Dame à la Licorne exprime l’accession au mystérieux « sixième sens ». (Détail du troisième tableau de la tenture représentant « Le Goût »)

D’un symbolisme et d’une force expressive rare, la tenture de la dame à la Licorne, exposée au musée de Cluny, à Paris, est considérée comme l’un des chefs d’œuvre de l’art occidental médiéval. Datant du XVe siècle, et probablement tissée en Belgique, elle se décline en six tapisseries, autant de tableaux mettant en…

Voir l’article original 608 mots de plus

Repos, douceur, lumière… Et forme!


C’est un mot calme et nourrissant, profond comme une source en montagne ou léger comme l’air. Un mot qui fait du bien, qu’on le prononce ou qu’on l’entende. Un mot-promesse. Un désir. Un espoir. Une attente contenue dans ces deux syllabes : repos. A l’armée, c’est l’injonction contraire au « garde à vous » qui fige le corps et les muscles dans une posture d’attention crispée. Le repos résonne au contraire comme l’autorisation de lâcher prise, enfin. On dit les français fatigués, essorés, moulus. Ils ont surtout besoin de relâcher leur attention trop sollicitée, à longueur d’année. Or, pendant les vacances, les priorités changent. La famille, les relations reviennent au premier plan. On défronce les sourcils. Le rire même se fait plus léger, complice plus que moqueur. On se promet de s’occuper enfin de soi et de son corps. Car le repos le plus épanouissant consiste rarement à « ne rien faire du tout ». Déjà revient l’envie de bouger, de respirer avec plus de naturel, de sentir battre son cœur dans l’effort. Le corps si souvent douloureux l’hiver, redevient notre ami. Le voici source de sensations riches, que nous prenons enfin le temps de percevoir. On écoute des musiques apaisantes ou toniques, avec, peut-être, un sentiment de plénitude. C’est un trésor dans lequel on pourra puiser, plus tard. Si nous devons évoluer vers une civilisation plus sobre, alors prenons le temps de savourer, d’expérimenter pendant les vacances. Le repos créatif pourrait détenir la clé de nouveaux comportements. Pour garder la forme, sans les addictions. A toutes et tous, bonne vacances. BuencaRmino sera là pour un voyage estival et, comme toujours, sensoriel.

Une leçon de courage et de leadership


Ecrire à chaud, vite, pendant que l’émotion bouillonne dans ma tête et dans mon corps. Témoigner d’une force inouïe, qui soulève des montagnes, et de l’humour, qui en allège le poids. Aujourd’hui je veux vous parler de Philippe Croizon, athlète de haut niveau, humoriste aux savoureux talents de conteur, doué d’un leadership exceptionnel. Qui se trouve, par ailleurs, être en situation de handicap.

Dernier intervenant au HappyLab Forum, hier après midi, Philippe Croizon nous a bouleversés, transportés, transis, tout en nous secouant de rire à chaque instant de son récit.

A peine installé sur le podium avec l’aide d’une accompagnatrice, Philippe agite les moignons de ses bras dépourvus de leurs prothèses, parcourt la salle d’un regard circulaire et balance, jovial : « pas de bras, pas de micro ». La référence au film les Intouchables est très juste : on peut rire avec les personnes en situation de handicap, d’un rire libérateur, solidaire, qui dissout instantanément la gène et les angoisses.

Le ton est donné. Maintenant, vous pouvez regarder les images; ici : http://www.azurelite.net/nadf/Philippe-CROIZON_a15.html?com et vous pouvez ême soutenir son association Handicap2000.

Avec le plus grand naturel, l’homme qui a traversé la Manche puis relié cinq continents à la nage nous donne une formidable leçon de courage et de leadership. Les sceptiques évoqueront le voyeurisme et l’exploitation de la corde sensible, alors qu’il s’agit de tout le contraire. Philippe Croizon ne demande pas que l’on s’apitoie sur son sort, il nous invite à trouver en nous les ressorts du courage et de la persévérance. Avec un humour désarmant, il raconte comment il a piégé le Conseil général de son département, « contraint » de le soutenir après une déclaration improvisée sur France3, puis ses rencontres avec les divers sponsors, un par un, et les yeux dans les yeux. Il évoque longuement le soutien de toute son équipe, jusqu’aux derniers kilomètres, en vue des côtes françaises, encadré par deux champions du cœur et de la natation et porté par la pensée de ses fils et « des deux cent personnes qui s’étaient engagées avec lui ».

Car le leadership c’est entre autres cette capacité qu’ont ou que développent certaines personnes à en entraîner d’autres dans une aventure qui les dépasse. On retrouve chez Philippe toutes les qualités des grands leaders: la vision, l’audace, le courage, une formidable empathie et le talent de faire partager ses rêves les plus ambitieux. Ambitieux, mais pas fous : Philippe a su s’entourer d’une équipe à la technicité éprouvée. Comme tous les grands leaders, il possède le sens des réalités et la capacité à « faire advenir » les rêves par l’action.

A la fin de sa conférence, le sentiment qui domine dans la salle est mêlé d’admiration, de gratitude, et de bonheur. Le bonheur d’avoir partagé un moment très intense, et, je l’espère, d’avoir trouvé pour soi-même l’envie d’accomplir à notre tour quelque chose d’extraordinaire. On n’est pas dans l’univers des Bisounours, mais dans une conception du bonheur vécu comme un dépassement de soi, face à l’adversité.

On se dit que la générosité, comme le rire, est l’un des choses au monde les plus contagieuses.

Et puis revient l’image de ces deux garçons, pour lesquels il avait choisi, dans le plus noir moment, de revenir du côté de la vie. L’évidence alors s’impose que l’on vient d’entendre une formidable histoire d’amour.

Merci à Joanna Quelen, au HappyLab et à tous les participants.

la carte et le territoire 2/3


La science et la littérature possèdent également le pouvoir de susciter, voire de précipiter les émotions lorsqu’elles nous révèlent des continents cachés, même si elles empruntent pour cela des chemins différents. Il aura fallu plus de dix ans et des centaines de millions de dollars pour dresser la carte du génome humain. Encore plus ambitieux, le projet Human Connectome a pour objectif d’établir la carte des connexions neuronales et d’étudier leur impact sur le comportement humain, ce qui devrait prendre quelques décennies et des milliards de dollars. Les photos sont d’ores et déjà fascinantes. En attendant le résultat, qui nous renseignera sur nos perceptions, les étranges corridors qui les relient entre elles et avec nos pensées, on peut toujours relire du Côté de chez Swann, dont on fêtera le centième anniversaire de la parution en novembre prochain. En 1913, l‘infographie n’existait pas encore, ni l’IRM : on se servait encore des mots pour décrire l’expérience humaine et tenter de relier la carte de nos croyances et représentations au territoire du vécu. Extraits : « … à l’instant même où la gorgée mêlée des miettes du gâteau toucha mon palais, je tressaillis, attentif à ce qui se passait d’extraordinaire en moi. Un plaisir délicieux m’avait envahi, isolé, sans la notion de sa cause. (…) je pose la tasse et me tourne vers mon esprit. C’est à lui de trouver la vérité. Mais comment ? (…) quand lui, le chercheur, est tout ensemble le pays obscur où il doit chercher et où tout son bagage ne lui sera de rien. Chercher ? Pas seulement : créer. Il est en face de quelque chose qui n’est pas encore et que seul il peut réaliser, puis faire entrer dans sa lumière ». (Du côté de chez Swann).
Et, quelque 14,000 pages plus loin, dans le Temps Retrouvé : « au moment où me remettant d’aplomb, je posai mon pied sur un pavé qui était un peu moins élevé que le précédent, tout mon découragement s’évanouit devant la même félicité qu’à diverses époques de ma vie m’avaient donnée (…) la saveur d’une madeleine trempée dans une infusion, tant d’autres sensations dont j’ai parlé (…). Un azur profond enivrait mes yeux, des impressions de fraîcheur, d’éblouissante lumière tournoyaient près de moi (…) de nouveau la vision éblouissante et indistincte me frôlait comme si elle m’avait dit : « Saisis-moi au passage si tu en as la force et tâche à résoudre l’énigme du bonheur que je te propose. » (Le temps retrouvé, les pavés inégaux).
Où l’on voit que l’ambition de Proust n’est pas tant de consoler ou de distraire que de nous aider à trouver le chemin de nos émotions les plus profondes. Là est le centre, le point d’appui, la source lumineuse où trouver la confiance, l’audace, l’énergie nécessaires pour se lancer dans la construction d’une cathédrale de mots, ou dans le décryptage des connexions neuronales comme hier du génome humain. A lire : le hors-série de Lire pour le centenaire du Côté de chez Swann.

Iconic Photographer Steve McCurry Talks Blogging and WordPress


Un photographe trop connu pour LA photo de la petite fille prise en Afghanistan. Mais il y a bien plus que cela à découvrir dans son oeuvre.

Iconic Photographer Steve McCurry Talks Blogging and WordPress.

how to become very intelligent in three steps


1. Turn off the TV. For good. OK, you can keep using it as background noise for a while until the addiction symptoms have completely disappeared, as long as you do turn your back on it and restrain from watching it.

2. Click on this link, watch, listen, and think

3. Find something equally worth sharing and let your friends know. Sharing intelligent information creates social interaction, which in turn stimulates your brain.

or you can create your own pictures with some glue and a pair of scissors.

More on the same topic on the previous page (but in French, sorry).

X est le nouveau noir selon David McCandless


Nouveau coup de coeur de BuencaRmino : David McCandless qui se définit comme « journaliste visuel » ou « data journalist » crée au moyen de l’infographie de superbes images pour nous aider à « surplomber la jungle de l’information ». (Notez au passage comme « surplomber » est en train d’émerger parmi les mots-fétiches de l’année 2011, traduisant un besoin de reprendre un peu de perspective et de contrôle face à l’infobésité.) Voir son site : Miscellaneum. Et pour l’écouter sur TED, une présentation pleine d’humour; cliquez ici : David McCandless sur TED.


Au moment où la crédibilité des images se perd (voir l’interview de Fred Ritchin dans le Monde du 5 novembre), l’infographie vient alimenter le débat politique et sociétal. Les militants libéraux américains créent des albums photo sur facebook pour combattre le crétinisme du Tea Party à coups de statistiques brillamment mises en forme pour convaincre et séduire à la fois.

Citation de l’auteur : « Ce livre a commencé comme une exploration. Perdu dans la jungle de l’information, je cherchais un moyen de la surplomber pour mieux la comprendre. Pourquoi pas visuellement ?
Nous sommes tous devenus des êtres visuels. Chaque jour, chaque heure, chaque minute, nous absorbons de l’information sur l’océan du web. Nous en sommes submergés. Nous nous y noyons parfois. Sans doute quelques graphiques bien conçus, colorés et – je l’espère – utiles pourraient-ils nous aider à surnager. Un recueil de cartes de navigation des temps modernes. »

A lire, acheter, offrir : Datavision, traduit en français chez Robert Laffont.

X eset le nouveau noir : l’auteur s’est livré à une recherche de l’expression « est le nouveau » sur Google, et voici ce qu’il a trouvé… « noir » apparaît au centre d’un réseau de connections sémantiques parmi lesquelles on ne sera pas surpris de trouver « sexe », « rock and roll » et de façon plus surprenante des expressions telles que « aléatoire », « végétalien » ou « tissu cicatriciel ». Sur une idée originale de Randall Szott.

Parmi ses autres centres d’intérêt : bonnes nouvelles, les animaux péteurs, pensez vous aux enfants, l’éducation sexuelle, suédois sans foi ou encore les émissions de carbone compares d’un américain moyen et d’un mariage de 250 personnes, à consulter sur Calameo

bonne lecture et joyeux noël!

Ecrire dans la ville avec Yuthinai


Buencarmino rebondit aujourd’hui du corps vers le langage, avec un second coup de coeur à Yuthinai.

Yuthinai c’est le blog d’un prof de français qui s’est donné pour mission de donner le goût de l’écriture aux enfants du lycée français de Bangkok. Pendant un an, le professeur et ses élèves ont exploré ce que peut l’écriture. On voudrait en citer de longs passages mais le mieux c’est d’y aller vous-mêmes. Les textes des collégiens et lycéens sont rassemblés en un e-book disponible sur le blog.

Alors que j’avais prévu d’écrire cette semaine un coup de coeur à Cendrars (patience), je m’aperçois en lisant les textes de ces enfants qu’ils en sont les continuateurs authentiques. Si le voyage, ou plutôt la « bourlingue » façon Cendrars constitue l’un des thèmes littéraires majeurs du XXème siècle, aujourd’hui, c’est le séjour de longue durée qui permet l’immersion dans un climat, dans une société différentes pour en ramener des pépites. La déterritorialisation du regard passe par cette expérience. Parcourir le monde à toute vitesse ou s’accorder la lenteur pour infuser dans le jus d’un autre pays, d’une autre ville? Il faut se laisser mouiller par l’Asie, connaître toutes les sortes de transpiration, la sienne et celle des passagers dans le bus, voilà ce dont nous parlent les enfants de YuthinaÎ. Courez-y vite!

Citation :

« Le blog cherche à mêler différentes voix par sa thématique, son but : interroger la ville où
nous vivons, à travers une écriture de type intégrant le multimédia et la réactivité, et
mettre cette recherche en relation avec les textes d’auteurs que nous sommes amenés à
lire, ainsi qu’avec le programme. Ce n’est donc pas un blog « perso » mais délibérément
collectif.
Pour plus de précisions sur l’approche et les finalités, voir la page Pourquoi ce blog
. »

Et ceci, qui devrait vous donner envie de plonger dans la fraîcheur d’une parole en train se de découvrir :

« Ce blog part d’une envie de défendre, dans la profusion de nos écrans et de ceux des
« digital natives », une lecture dense, source de sens, de profondeur, de plaisir à plonger
dans la complexité du monde ou d’explorer la complexité des rapports qu’on tisse avec
lui, et ce dans la pratique hebdomadaire de la discipline « français ». »

A nos amis du bout du monde, kop khun kha. Merci.

Dogons force et mouvement


Les Dogons, donc, en créateurs de formes à la plastique étonnante, riche et variée, connectant l’âme à des profondeurs inhabituelles où les jeunes initiés vont chercher des ressources symboliques, et puiser du courage pour affronter le côté coupant de la vie.
A chaque civilisation ses rituels, ses mythes structurants (et là, on a tout dit en matière de grands mots, voir ci-dessous l’article « Oedipe, la PNL et le Bulul »).
Contentons-nous maintenant des images.