Le sixième sens


Les vacances sont un bon moment pour explorer des pans entiers de notre expérience que nous avons tendance à laisser en jachère le reste de l’année. Ce que l’on regroupe commodément sous le nom de « mystères » n’est souvent qu’une page laissée dans l’ombre, par crainte, paresse ou conformisme. Or, si nous voulons trouver de nouvelles ressources, il faudra bien sortir de notre zone de confort.Rassurez-vous, nul ne vous demande de devenir fans de la Licorne Rose, ni d’utiliser la moquette à un usage autre que celui auquel elle est destinée. Mais la poésie ?

Le sixième sens, évoqué hier dans l’article (reblogué) d’Isabelle Fontaine sur la Dame à la Licorne (ici) englobe et transcende les cinq autres. Mais quelle est sa nature? L’amour? L’intuition? La conscience globale? La voix bien timbrée de Christophe André, dans ses exercices de méditation en pleine conscience, nous guide. De la perception du souffle à celle du corps dans son ensemble, du corps aux idées, qu’il faut se représenter telles des nuages traversant le ciel de la conscience élargie, à la fois vide et pleine. La méditation se conclut sur cette phrase rassurante : « tout ce dont j’ai besoin est déjà là ».

La tradition orientale et l’occidentale se croisent ici.

Le chemin consiste à nous appuyer sur nos cinq sens et sur nos perceptions pour approfondir notre lien au monde, source d’équilibre et de résolution. Cela ne se fait pas tout seul. Il y faut de la discipline (sujet déjà évoqué tout au début de BuencaRmino, lien). La proposition pourrait en décourager certains en cette période de vacances, mais c’est maintenant qu’il faut rassembler ses forces et cultiver sa cohérence. Nous en aurons bientôt besoin.

Pour finir, une citation de François Cheng, déjà évoquée.
« En ces temps de misères omniprésentes, de violences aveugles, de catastrophes naturelles ou écologiques, parler de la beauté pourra paraître incongru, inconvenant, voire provocateur. Presque un scandale. Mais en raison de cela même, on voit bien qu »à l »opposé du mal, la beauté se situe bien à l’autre bout d’une réalité à laquelle nous avons à faire face. Je suis persuadé que nous avons pour tâche urgente, et permanente, de dévisager ces deux mystères qui constituent les deux extrémités de l’univers vivant : d’un côté le mal, de l’autre la beauté. »
Guimet_2401

Jayavarman 7, Musée Guimet

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s