Archives de Tag: Discipline

Plaisir et discipline


Inspiré par le livre de Peter Bregman « 18 minutes »

« Qu’est-ce qui devient possible avec la discipline? »
Question magique : le fait de la formuler ainsi change toute la perspective et la dynamique. La corvée devient élan, la punition, récompense future.
Dans le train qui m’amène de Paris à la Ferté Bernard, le fait de répéter cette formule comme un mantra me rappelle toutes mes réussites passées : tout ce que j’ai su mettre en place et continuer grâce à la discipline.
Je sais que je sais faire.
J’ai créé ce blog et j’ai tenu mon pari d’ècrire, tout un été, puis de nouveau l’année suivante. Et presque tous les ans, depuis bientôt dix ans. Ce n’est pas rien. Cela crée de la profondeur. La parole et la pensée respirent, évoluent, s’imprègnent de toutes les couleurs et des textures de la vie.
J’ai transformé mon rapport au Temps, devenu un précieux allié, l’espace des réalisations. Je le savoure, et souvent je m’en libère aussi, je l’oublie. Je pousse en lui comme un arbre fruitier dans un jardin.

Qu’est-ce qui devient possible avec de la discipline?
Paradoxalement, le plaisir.
On le croit souvent ennemi de la discipline, alors qu’il peut en être aussi le résultat.
Plaisir de sentir son corps réagir, après quelques séances de sport.
Plaisir d’écrire avec facilité, de s’organiser sans effort, de recevoir des compliments sur ses résultats.
Plaisir de goûter la liberté gagnée, quand on sait qu’on sait faire. Autonomie.
Plaisir de jouir de ses vacances, en famille, avec des amis, de goûter un fruit, de ne rien faire d’utile et de pouvoir se le permettre.
Comme un ancien fumeur heureux de respirer, gagner en intensité de vie, repousser ses limites et voir s’ouvrir de nouveaux horizons : vue comme cela, qui ne désirerait avoir la discipline pour amie?

Post-scriptum : plaisir de passer une heure à retrouver vos noms, mettre en forme ma liste de diffusion, penser à chacune, chacun de vous … et me promettre d’écrire, de vous écrire, plus souvent.

 

Anges ou robots : les secrets de la performance durable


Les sportifs de haut niveau se réjouissent à la perspective d’affronter un adversaire au meilleur de sa forme.  Aiguillonnés par ce défi, ils élaborent un programme rigoureux des semaines avant le match, s’entraînent physiquement et mentalement,  soignent leur régime alimentaire, visualisent et répètent à l’infini  le moindre de leurs gestes.

De même, les musiciens de concert ou les créateurs de start-ups appelés à « plancher »  face aux Business Angels  recherchent et savent maintenir un niveau de concentration exceptionnel. L’enjeu, pour eux comme pour tout porteur de projet, c’est de garder le cap et la motivation sur la durée. Lire la suite

Le sixième sens


Les vacances sont un bon moment pour explorer des pans entiers de notre expérience que nous avons tendance à laisser en jachère le reste de l’année. Ce que l’on regroupe commodément sous le nom de « mystères » n’est souvent qu’une page laissée dans l’ombre, par crainte, paresse ou conformisme. Or, si nous voulons trouver de nouvelles ressources, il faudra bien sortir de notre zone de confort.Rassurez-vous, nul ne vous demande de devenir fans de la Licorne Rose, ni d’utiliser la moquette à un usage autre que celui auquel elle est destinée. Mais la poésie ?

Le sixième sens, évoqué hier dans l’article (reblogué) d’Isabelle Fontaine sur la Dame à la Licorne (ici) englobe et transcende les cinq autres. Mais quelle est sa nature? L’amour? L’intuition? La conscience globale? La voix bien timbrée de Christophe André, dans ses exercices de méditation en pleine conscience, nous guide. De la perception du souffle à celle du corps dans son ensemble, du corps aux idées, qu’il faut se représenter telles des nuages traversant le ciel de la conscience élargie, à la fois vide et pleine. La méditation se conclut sur cette phrase rassurante : « tout ce dont j’ai besoin est déjà là ».

La tradition orientale et l’occidentale se croisent ici.

Le chemin consiste à nous appuyer sur nos cinq sens et sur nos perceptions pour approfondir notre lien au monde, source d’équilibre et de résolution. Cela ne se fait pas tout seul. Il y faut de la discipline (sujet déjà évoqué tout au début de BuencaRmino, lien). La proposition pourrait en décourager certains en cette période de vacances, mais c’est maintenant qu’il faut rassembler ses forces et cultiver sa cohérence. Nous en aurons bientôt besoin.

Pour finir, une citation de François Cheng, déjà évoquée.
« En ces temps de misères omniprésentes, de violences aveugles, de catastrophes naturelles ou écologiques, parler de la beauté pourra paraître incongru, inconvenant, voire provocateur. Presque un scandale. Mais en raison de cela même, on voit bien qu »à l »opposé du mal, la beauté se situe bien à l’autre bout d’une réalité à laquelle nous avons à faire face. Je suis persuadé que nous avons pour tâche urgente, et permanente, de dévisager ces deux mystères qui constituent les deux extrémités de l’univers vivant : d’un côté le mal, de l’autre la beauté. »
Guimet_2401

Jayavarman 7, Musée Guimet