le syndrome du lundi


S’il vous arrive de sentir peser sur votre cou, dès le dimanche soir, la menace d’une invisible guillotine, si vos épaules s’affaissent à l’idée de recommencer la semaine, si vos pieds se recroquevillent à la seule pensée de reprendre le chemin du travail, plus de doute : vous souffrez du syndrome du lundi.

Rien d’étonnant à cela : le sentiment d’anxiété ou de tristesse du dimanche soir vient de ce que nous avons du mal à faire le deuil du week-end. Le « temps pour soi » va devenir un « temps pour les autres ». La liberté, l’intimité, vont devoir faire place aux contraintes. Voici donc quelques conseils pour réussir son lundi, ou du moins pour le passer plus agréablement.

1. Que font les sportifs avant un match important ? Ils se reposent ! Bien réussir son lundi, cela commence dès le dimanche soir : se coucher un peu plus tôt pour être en forme, se remémorer les moments agréables du week-end, en parler à un proche. Il s’agit de convertir ces bons souvenirs en énergie positive, de les stocker pour les réutiliser au bon moment. Profitez-en pour visualiser tous les événements positifs de la semaine à venir, les « temps pour soi » qui rempliront vos réserves de bien-être.

2. La playlist de la semaine : choisissez des musiques à tonalité positive, énergisantes ou relaxantes, que vous écouterez dans le métro ou dans les embouteillages.

3. L’énergie vient en s’activant… Pourquoi ne pas commencer la journée par une bonne séance de sport, un jogging, quelques longueurs à la piscine pour bien oxygéner votre corps et votre cerveau ? Quelles que soient les difficultés qui vous attendent par la suite, vous aurez le sentiment d’avoir accompli quelque chose dont la réussite ne dépend que de vous.

4. Faites-vous plaisir. Invitez à déjeuner une personne qui vous met de bonne humeur, ou qui vous fera découvrir quelque chose de nouveau : la matinée passera plus vite, et vous aurez le sentiment d’avoir fait au moins une chose pour vous-même. A défaut, prévoyez une pause-téléphone en milieu d’après-midi, au moment où l’énergie tend à diminuer.

5. La touche de couleur : parce que l’on change de rythme, le lundi réclame au départ une impulsion supplémentaire. Après les activités du week-end, si cette journée vous paraît morne, mettez une touche de couleur dans votre habillement, une chemise d’un blanc éclatant, de la lumière. Votre entourage le ressentira, il se peut même que l’on vous fasse des compliments, ce qui n’est pas désagréable pour commencer la semaine.

6. La semaine s’annonce difficile ? N’hésitez pas à vous projeter au-delà du lundi : imaginez le sentiment d’accomplissement que vous éprouverez une fois les obstacles surmontés. Pensez aux nouveaux défis que vous allez pouvoir attaquer. Rappelez-vous ceux dont vous avez déjà brillamment triomphé. Quels talents aviez-vous mobilisés à l’époque? Quelles compétences ? Ecrivez-les sur un post-it que vous glisserez dans votre agenda, ou notez-les dans votre téléphone.

6. Prenez le contrôle. Le matin, commencez par les activités qui vous plaisent le moins, pour pouvoir consacrer l’après-midi à celles qui vous motivent le plus. Equilibrez entre les tâches « urgentes-et-importantes » et les « importantes mais non urgentes » : ces dernières vous aident à vous projeter dans l’avenir, même proche, à lever le nez de la grisaille, et vous donnent le sentiment de contrôler les événements au lieu de les subir.

7. La machine à café … redoutable aimant à cafards : fuyez comme la peste ces éternels insatisfaits, toujours mécontents de leur sort, accablés par l’injustice et prodigues en bonnes raisons de désespérer. Si vous ne pouvez pas les éviter totalement, abrégez la séance de torture ou changez délibérément de sujet de conversation.

8. Pratiquez l’arrosage automatique : cherchez une personne à qui vous pourriez faire un compliment : il y a des chances qu’elle vous en fasse un en retour, double sourire garanti.

9. Si vous déjeunez avec des collègues, anticipez les sujets de conversation positifs dont vous aimeriez parler : cela vous évitera de tomber dans le piège des récriminations qui finissent toujours dans une surenchère de gémissements (le boss, les enfants, les transports…).

10. Les micro-pauses : la nicotine et les barres chocolatées ne sont pas les seules occasions de faire un break. Les grands « performeurs » sportifs, les artistes de haut niveau, les décideurs ont tous des trucs, des « doudous » qui les reconnectent à leurs perceptions sensorielles pour refaire le plein d’énergie. Touchez de la main un objet, ressentez-en la structure en détail : est-il lisse ? Présente t-il des aspérités ? Humez un parfum, buvez un simple verre d’eau sans penser à rien d’autre qu’à son goût. Regardez la photo d’un être aimé stockée dans votre téléphone. Réécoutez l’un de ses messages. Concentrez-vous : ce moment vous appartient. Respirez lentement avant de reprendre le cours de votre journée.

Comme les premières images d’un film, le lundi pose une ambiance, donne le ton, imprime un rythme à toute la semaine. Qu’il démarre sur une note joyeuse, et vous voilà prêt à affronter toutes les difficultés. Prenez un bon départ, donnez-vous toutes les chances de réussir et vous verrez que vous deviendrez une source d’énergie non seulement pour vous-même, mais aussi pour tout votre entourage.

Publicités

Une réponse à “le syndrome du lundi

  1. Merci pour ce bel article qui a enchanté mon lundi matin ^^

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s