bon anniversaire David Pini


Cher David,

Mercredi, comme tous les mercredis désormais, j’irai dessiner, mais tu ne seras pas le modèle au centre de l’atelier. Aujourd’hui, c’est toi que j’interroge, David, mon ami d’enfance. Que ferons-nous de ta colère? A toi, l’ami qui n’a pu trouver sa voix, je dédie cette série d’articles, et surtout l’épilogue de mon « Journal estival » (a suivre). De peur de ne pas y arriver, je commence par Bercy.

Ce jour-là tu m’as donné ma première et dernière leçon de photographie. Nous avions marché depuis l’Hôtel de Ville sur les quais interdits à la circulation. Tu me racontais ton 9/11 vu depuis le studio de Merce Cunningham, au coeur de l’action, le désarroi des étudiants, le tien. La Performance meurtrière d’Al Qaïda venait de tracer la frontière absolue de l’Art Contemporain, l’ultime obscénité, transgression autoréalisatrice après quoi viendrait la petite musique de Radiohead, « No Alarms and no Surprises please », leurs guitares désolées, leurs voix plaintives, supplication de l’occident tétanisé. Tu ressentais aussi le besoin de ralentir, c’est pourquoi tu étais revenu te poser à Paris.

Hey man slow down

Cette femme lisant sur la pelouse a capté nos regards au moment où tu me parlais de Bénédicte P, de Merce, et puis d’un autre, inélégant, dont on ne parlera pas ici, même si ta douleur continue de tourner.

Tu as posé sur la liseuse un regard plein de tendresse. Peux-être pensais-tu à ta mère, qui avait tant lu. Et puis, discrètement,  tu m’as indiqué le bon angle.

L’inconnue de Bercy

Une second photo, la tête un peu plus penchée de la femme, comme affaissée, toujours plus absorbée dans la matière du récit, comme j’apprends à les dessiner aujourd’hui, bien au centre de la feuille. Paris si calme en ce mois de juillet 2008 redoutait une autre canicule. Les enfants jouaient dans les fontaines, sur les escaliers menant à la passerelle Simone de Beauvoir. Tu m’as parlé de la Flûte Enchantée, j’ai pris quelques photos de toi au pied des tours de la Grand Bibliothèque.  Encore des tours, celles-ci pleines de livres et dédiées au savoir. Un dimanche à Paris.

Les photos suivantes, celles du Kremlin-Bicêtre, je ne veux plus les voir, ce n’est pas toi, ce corps paralysé, scandaleux, ta voix clouée, ta voix de basse si singulière, qui faisait peur aux petits enfants, l’idéal instrument pour chanter du Racine ou Boris Godounov.

Je veux garder le souvenir de ta dignité face à toutes les bassesses. Je veux garder à l’oreille le son de ta voix proclamant la rébellion, s’emparant de l’espace, agrippant le revers de nos peurs. Je veux garder de toi cette image verticale : dressé dans la lumière, insolent, nerveux, criant encore après que tout soit devenu cendre opaque et grumeau. Debout.

Publicités

6 réponses à “bon anniversaire David Pini

  1. Très émue de voir ces photos de David. Il ressemble beaucoup à Richard sur ces clichés.

  2. Beautiful!! Happy Birthday, David!!!!

  3. Bonsoir

    Je ne sais à qui j’adresse ce petit mot.

    J’ai connu un David Pini il y a bien longtemps. Nous avons partagé quelques moments de vacances tous deux entre 13 et 16 ans, à la fin des années 70. Alors que je vais revoir des copains de cette époque, je tombe sur votre blog et j’appréhende de vous écrire…

    Est-ce bien le David que j’ai connu auquel vous rendez hommage ici ? Il aurait aujourd’hui 49 ou 50 ans, je pense. La première photo me laisse à penser que c’est bien lui.

    Alors, si c’est lui, … que dois-je comprendre ? J’attends avec une certaine anxiété votre réponse. Et si jamais j’ai fait fausse route, dites-lui de venir dimanche prochain chez Alain Braun, au 70 rue Jean-Pierre Timbaud.

    • Bonsoir,

      je pensais vous avoir répondu, je n’en suis plus aussi sûr… Il y a quelques semaines j’ai eu en formation un stagiaire qui portait le même nom que vous, et ce mail m’est revenu à l’esprit. David a été mon ami d’enfance pour un ami adulte, des années 70 jusqu’en janvier 2009, date à laquelle il est décédé après une beaucoup trop longue maladie. Nous pourrons en parler si vous le souhaitez, mon téléphone est le 06 86 12 27 34

  4. Thanks a lot for this Robert!

  5. Catherine Bourse

    Merci Robert pour ce message de mémoire qui traverse mon coeur alors que je viens de perdre ma Maman… David, si vif, si drôle, joyeux anniversaire beau gosse!

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s