Archives de Tag: Suisse

Les haies sur notre passage libéraient une odeur de miel


Le TGV-Lyria ne disposant pas encore d’espaces calmes, sans enfants hyperactifs tout équipés avec poumons super puissants, cordes vocales quasi neuves et parents résignés ayant à peine servi, j’opte pour un séjour prolongé au bar.

Très fier d’avoir si vaillamment résisté à mes envies de meurtre, je m’installe face à la fenêtre, muni d’un petit verre de Merlot pour le réconfort et de mes écouteurs blancs pour l’isolation phonique.

Soupir.

Détente.

Bonheur.

Des fragments de poème remontent à la surface. « Là, tout n’est qu’ordre et beauté, luxe, calme et volupté ». C’est-à-dire qu’on va vers la Suisse. A 250 km/heure les détails s’estompent, la jouissance est pure : c’est la ligne claire.

Par la fenêtre défile ce que la France offre de plus somptueux en matière de paysages. Une telle splendeur me donne envie de crier tout mon amour de ce pays, comme le ferait n’importe quel touriste américain. Courbes de l’horizon, des collines, meules de foin : tout est rond, blond, paisible dans cette lumière de fin d’après-midi. Des formes anciennes qui touchent à l’éternité. Forêts, clochers, villages s’enfuient à toute vitesse, d’autres les remplacent. Lever le nez juste à temps pour voir scintiller le miroir bleu du Rhône, ou de la Saône ? Qu’importe. Nous sommes dans un monde vierge de tout savoir, un monde d’avant les noms. Réapprendre à voir avec les yeux seuls, se lier sans interpréter. Conscience pure.

Baigner dans cette joie tranquille. Semi-torpeur. Le Merlot commence à faire son effet, la rêverie s’installe.

Des haies de peupliers ponctuent l’espace d’un trait vert, suivant des voies tracées par le passage des hommes et des animaux. Ce sont des paysages qu’on retrouve dans tous les musées d’Europe. Nous croisons le chemin des peintres. La route des Flandres à l’Italie passait par ici, aux XVème/ XVIème siècle. Comme dans un tableau de Patinir, on ne s’étonnerait pas de voir un ermite en prière au pied d’un arbre, ou la Sainte Famille se reposant à l’ombre d’un vieux mur. Les siècles se fondent les uns dans les autres, se télescopent.

La musique amplifie l’espace : dans mes écouteurs, la cantate BWV62 déploie ses volutes sonores. Les kilomètres filent, le relief s’accentue. Un tracteur soulève un nuage de poussière. Sillons bien peignés, d’un brun doux. La dame en tailleur vert dans sa petite Golf noire, elle revient du travail. On voudrait lui crier : bonsoir ! Plus loin ce sont des rivières qui s’enfoncent dans des gorges boisées. Des meules bien alignées sur le flanc d’une colline face au soleil brillent comme un trésor à demi enterré. Nous avons les mêmes, dans la Sarthe, où j’allais faire de longues promenades avec mon père en vélo. Les haies, sur notre passage, libéraient une odeur de miel. Plus loin des pylônes dressés tels de gigantesques épouvantails d’acier portent l’invisible énergie jusque dans les profondeurs qu’on devine, au loin. Parfois ce sont de plus modernes éoliennes. On finira par trouver belle aussi leur forme épurée.

Je pense à du Bellay, Charles d’Orléans, François Villon, plus près de nous Yves Bonnefoy (l’Arrière-Pays) qui nous ont appris à sentir l’âme des lieux. Aimer sans nostalgie. Ainsi se cultivent le goût du voyage et la promesse du retour. La Suisse aussi sera très belle, mais les prairies sont ici d’un vert plus tendre, et ces histoires que j’imagine les enrichissent. Me voici prêt à plonger dans un bon roman avant de retrouver ma place et la gueule hurlante.

Publicités

Rando-logie fin des vacances


Cette petite chronique estivale se termine en images.

Une fois par an, plus souvent si possible, le corps et l’âme ont besoin d’aller respirer l’air des cimes.

A Nayes 4

Du lac Léman aux rochers de la Naye, un petit train à crémaillère, bien nommé « le train du chocolat », emmène les randonneurs de toutes les nationalités vers les alpages. De là, chacun choisit son itinéraire en fonction de sa forme physique et de son temps. Sommets, torrents, sapins, fleurs, les ingrédients habituels sont au rendez-vous.

Dès que l’on s’éloigne un peu du sommet le plus visité, la montagne est déserte, ou presque. De loin en loin, le son des cloches nous rappelle que nous sommes sur le territoire des vaches. Par chance, il fera bleu presque jusqu’au bout. Disons même : céruléen. Un endroit merveilleux pour organiser une chasse aux œufs de Pâques.

Pas de grandes envolées lyriques : marcher, c’est poser un pied devant l’autre, et recommencer.

Un randonneur coréen ne cesse de répéter « magnificent, magnificent ». Pour la peine, on lui propose de le prendre en photo.

C’est la fin des vacances, on vous souhaite bon courage et bonne rentrée.

Léman Montreux 3Léman Montreux 5

Naye 1

Le pays du bonheur solide


Dans ses exercices de méditation, Christophe André nous invite à « ressentir la posture de notre corps, assis bien droit, pareil à une montagne pleine de dignité ».

Métaphore puissante, la montagne associe à la stabilité de la conscience, qu’elle nous aide à renforcer, une notion de dignité valorisante et motivante. L’objectif est toujours de nous entraîner à ressentir « ce qui est déjà là », tout en laissant se développer un sentiment de pouvoir calme et rassurant. C’est un terrain solide où nous pouvons ancrer nos résolutions les plus ambitieuses, tandis que les nuages de nos idées passent et s’effilochent. On pense au vers d’Apollinaire, dans le Pont Mirabeau : « vienne la nuit, sonne l’heure, les jours s’en vont, je demeure ».

Et la montagne, aussi, demeure.

Justement, les montagnes pleines de dignité ce n’est pas ça qui manque en Suisse, pays champion du bonheur (ou du bien-être?) lien ici , en troisième position derrière le Danemark et la Norvège.

« Quels sont les critères de ce sondage réalisé sur 156 pays entre 2010 et 2012? » s’interroge le journal 24 Heures. Réponse :  » ’emploi, la liberté d’opinion et politique, l’absence de corruption, le soutien social ou encore la bonne santé mentale et physique. »

Dans ce pays où les rochers ont des formes de Toblerone, un étranger ne manquera pas de proposer quelques critères supplémentaires, et particulièrement le sens de la sécurité que procure le fait de vivre dans un environnement stable, au propre comme au figuré.

Courir en forêt, ou le long des coteaux Suisses, sur les flancs du Jura surplombant le Léman, multiplie les occasions d’apercevoir des sommets enneigés, loin par-delà les eaux du lac, tandis que les odeurs de foin coupé, d’herbes fraîches ou de feuilles chatouillent agréablement les narines.

Et même par temps maussade, on sait qu’il y a, derrière les nuages, quelque chose d’inaltérable et d’éminemment solide, à portée d’esprit, comme un bon gros carré de chocolat noir posé sur une épaisse tartine de pain.

Signalons en conclusion dl’excellent supplément culturel du journal le Temps qui publie les résultats d’une toute récente étude sur le bonheur, lien ici.

Et si vous cherchez une musique inspirante à écouter en courant – ou en marchant, ou en ne faisant rien – je vous propose Lili of the valley, de la bande-son du film « Pina » de Wim Wenders, dédié à la grande chorégraphe allemande.

Lien ici

 

Suisse rando_10151831553196745_1345280024_n