Archives de Tag: Bonheur

Comment la cigale apprit à danser aux fourmis


Parfois je pense à la cigale, aux remords étreignant la fourmi radine, qui la laissa crever de faim quand l’hiver fut venu. 

Mais l’histoire ne s’arrête pas là. Certains initiés en connaissent l’étrange épilogue : quelques siècles plus tard, la cigale choisit de se réincarner dans une grande ville occidentale. Se souvenant du conseil donné jadis par sa voisine, elle apprit à danser, et fit si bien qu’on la réclamait de toutes parts dans les salles de sport où les fourmis laborieuses venaient entretenir leur forme et déstresser. Elle s’amusait de les voir, raides comme des piquets, se déhancher gauchement sur des musiques bollywoodiennes. Ce qui les rendait particulièrement nerveuses, c’était une rumeur affirmant que leurs emplois de fourmis seraient bientôt remplacés par des robots animés par de l’Intelligence Artificielle. Les plus diplômées d’entre elles tentaient de se rassurer en se disant qu’elles étaient beaucoup trop compétentes et s’acquittaient de tâches bien trop sophistiquées pour  des robots. La plupart, cependant, n’étaient pas dupes. Elles agitaient frénétiquement leurs antennes et leurs petits corps grêles serrés dans des maillots fluos pour oublier un moment l’angoisse du lendemain. La cigale, pas rancunière, tentait de leur enseigner l’art de bouger en harmonie avec son corps, avec la musique, et même avec la lumière du jour. Certaines des fourmis, touchées par la grâce, y parvenaient. La plupart se contentaient de maigrir, ne pouvant concevoir de plus haute ambition. Selon leur logiciel, en effet, le bien-être était une idée dangereuse, une redoutable brèche dans l’esprit de discipline qui avait assuré la survie de leur espèce depuis des millions et des millions d’années.

Le compagnon de la cigale, qui était poète, venait parfois la retrouver à la fin du cours. Tandis que les fourmis, épuisées, filaient se changer au vestiaire, ils s’entraînaient en vue d’un concours de tango auxquels ils s’étaient inscrits tous les deux. L’une des fourmis, fascinée par l’harmonie de leurs mouvements et la joie qui rayonnait sur leurs visages, s’approcha timidement.

-comment faites-vous, leur demanda t-elle, pour jouir ainsi de la vie quand tout nous incite à l’angoisse?

-suivez-moi, répondit simplement la cigale, et elle l’entraîna hors de la salle de sport, dans un square où des enfants jouaient en poussant des cris d’excitation.

-vous voyez, madame, ils n’ont pas peur du futur : ils l’inventent.

Publicités

Epilogue : les cultivateurs de bonheur


Nous arrivons à la fin de l’été, et de cette série de chroniques. Libre à chacun de tourner la page, pour répondre aux injonctions de la rentrée. Mais si vous en avez la possibilité, j’aimerais vous inviter à prendre un instant pour méditer sur cette saison. Quelques minutes pour tenter d’en capturer la saveur particulière, ce que vous aimeriez retenir de ce temps suspendu, libéré des contraintes habituelles. C’est un moment où l’on accorde généralement plus d’attention à ses besoins, à son entourage, à ce qui nous relie.  Laisserez-vous se disperser à nouveau ces trésors, ou saurez-vous les protéger, non pas comme un souvenir, mais comme autant de « boutures de bonheur » que l’on replante dans une terre nouvelle, pour qu’elles y reprennent vie ?

Pour le dire autrement, comment transformer en principes actifs le meilleur de l’expérience vécue  ?

Vous avez sans doute vécu plus en harmonie avec vos valeurs, respecté votre corps, pris le temps d’écouter vos proches, d’apprécier un coucher de soleil, de cuisiner des produits frais et savoureux. Dans un cadre apaisé, vous avez su accueillir vos émotions comme des messages et non comme des envahisseurs. Vous vous êtes autorisés à ne rien faire ou, au contraire, vous vous êtes donné des défis que vous avez su relever.  Vous en êtes fiers, satisfaits, rassérénés. Vous vous êtes sentis à nouveau capables, entreprenants, sympathiques, drôles, malins, résistants, dignes d’être aimés.

Qu’est-ce qui vous empêche de continuer ? C’est une décision à prendre. Un choix délibéré d’accorder un peu plus d’attention à chacune de ces pépites, chaque fois qu’elle se présente, et de créer volontairement de tels moments privilégiés.

Comment ? Premier indice : pendant les vacances, nous avons cueilli le bonheur, la joie de vivre. Il est temps de passer en mode « cultivateur ».

Nous y reviendrons. Pour vous accompagner dans cette rentrée pas toujours facile, BuencaRmino va passer en mode « pratico-pratique ». Au fil des semaines qui viennent, nous aborderons des sujets plus terre à terre, sans perdre de vue la poésie, que nous plaçons toujours au cœur de l’existence. A bientôt ?

La persévérance est d’or


Bonheur inattendu. Ce soir, une séance de supervision-coaching dans des conditions sonores très difficiles (nous étions en mode webinar, avec des coupures de son incessantes qui cassaient le fil du dialogue) s’est conclue par cette très belle phrase de l’une des participantes : « ce soir, les coupures de son m’ont enseigné la persévérance ».

Eh bien gardons cela!

Ces sessions de supervision avec les coachs donnent à chaque fois lieu à de magnifiques échanges, qui valent bien de subir quelques désagréments techniques.

En ces semaines où mon emploi du temps démentiel aurait tendance à me faire renoncer au plaisir de l’écriture, je me dis qu’il vaut mieux honorer ce rendez-vous sur Buencarmino, même pour quelques phrases brèves plutôt que de garder trop longtemps le silence.

En somme, les contraintes et l’art de les dépasser constituent en soi un digne sujet d’inspiration. Puisque je n’ai pas le temps de réfléchir, je me contenterai de proposer à mes lectrices et lecteurs ce sujet de réflexion.

A bientôt,

Robert

L’estime de soi ou comment se protéger des cactus et autres scuds moëlleux


L’estime de soi ou le pouvoir de faire.

Il a  quelques mois, mon amie journaliste Isabelle Louet m’a posé quelques questions sur l’estime de soi, pour un article destiné à Modes et Travaux. Sujet : l’estime de soi, conseils pratiques, avec des exemples concrets. Le journal qui donne à ses lectrices le pouvoir de faire.

J’étais assez heureux d’être interviewé par Isabelle sur ce sujet, et sous cet angle, car en tant que coach ce qui m’intéresse c’est précisément la pratique, les solutions, le « comment » plutôt que le  « pourquoi ». Depuis cette interview en janvier dernier, j’ai eu l’occasion d’y revenir avec des coachs en formation auprès de l’Institut de Coaching International que je supervise lors de webinars hebdomadaires riches et très stimulants.  Pour les personnes qui souhaitent approfondir leur connaissance du sujet, je suggère l’excellent livre de Christophe André (L’estime de soi, Christophe André et François Lelord, chez Odlie Jacob, lien ici). Lire également le merveilleux « Vivre », de Mihaly Csickszentmihaly, un trésor accessible à chacun, facile à lire et à mettre en pratique.

Je reviens donc ici sur un certain nombre de « trucs et astuces » abordés lors cette interview, en janvier dernier, ou lors des webinars. L’un des premiers conseils consiste à veiller à la qualité de notre entourage. Certaines personnes, dans notre famille, parmi nos amis ou nos collègues, peuvent avoir une influence déplorable sur notre estime de soi. Première catégorie : les cactus. A coups de petites phrases assassines ou de silences-qui-en-disent-long, elles  ne cessent de dénigrer nos goûts, nos succès, de souligner nos défauts, de nous culpabiliser. Comment se libérer de ces influences négatives ?  La première chose à faire, c’est de les repérer. Ce qui compte ici, ce n’est pas l’intention, mais le résultat. Apprenons à distinguer la personne, que nous pouvons apprécier, de ses comportements, surtout lorsqu’ils ne nous font pas du bien. Le cactus n’a pas nécessairement l’intention de vous blesser, mais ses aiguilles sont terriblement effilées et parfois vénéneuses. Apprenez à vous en protéger. Les symptômes sont faciles à repérer : si, chaque fois que votre belle-soeur ou votre collègue (celle que vous admirez, qui paraît tellement sûre d’elle, à qui le doute fait l’effet d’une goutte de pluie sur une feuille de caoutchouc) évoque votre tenue vestimentaire ou votre apparence physique, vous ressentez pincement à l’estomac : comptez un point.  Si la situation persiste et que les symptômes se répètent, il se peut que vous accordiez beaucoup trop d’importance à l’opinion de cette personne. Puisque vous ne changerez pas la nature piquante des cactus, le mieux est de mettre un peu de distance entre leurs aiguilles et votre peau. Relativisez, sans agressivité : « Tu n’aimes pas ma nouvelle coiffure ?  Ce n’est pas grave, on s’habitue à la nouveauté, tu verras ».

Deuxième catégorie : les scuds moëlleux. Ces personnes, animées par une intention protectrice tout à fait louable en apparence, nous découragent de nous lancer dans des projets qui pourraient justement renforcer notre estime de soi. Un haussement d’épaules ou de sourcil, une moue dubitative de leur part suffisent à torpiller tout notre courage et nous revenons à la case départ, le projet va rejoindre ses frères morts au cimetière des bonnes intentions jamais réalisées. Le scud se cache souvent sous une épaisse couche de chocolat : « tu veux changer de métier, à ton âge ? C’est ambitieux. Fais attention, je connais beaucoup de gens qui ont essayé et qui ont échoué ».  Reconnaissez tout d’abord l’intention positive de cette personne, avant de désamorcer la bombe : « c’est gentil de te préoccuper pour moi, mais j’ai l’intention de me donner tous les moyens de réussir, tu sais ».

Parfois même, il leur arrive, toujours avec les meilleures intentions du monde, de nous inviter à compromettre nos valeurs : « tu sais, tout le monde en fait autant, on ne peut pas changer le monde à soi tout seul, il faut bien faire des compromis ». Or il n’y a rien de plus dangereux pour l’estime de soi que ce genre de compromis. Connaissez vos valeurs pour pouvoir les respecter et les faire respecter. Osez dire : « c’est important pour moi, je ne veux pas mentir/écraser les autres/manipuler, sinon je me sentirais salie ». Vous verrez, la première fois, cela fait tout drôle et puis l’on s’habitue à faire respecter ses valeurs jusqu’au moment où cela devient aussi naturel que de respirer. Vous pouvez aussi détourner l’énergie bienveillante des scuds moëlleux en leur demandant des conseils pratiques pour rendre faisable ce qui leur paraît impossible. Plutôt que de vous crisper, voyez en eux un aiguillon qui vous invite à peaufiner vos arguments : prenez-le comme un jeu, et vous gagnerez leur estime en même temps que la vôtre.

Bien entendu, au moment de vous lancer dans un nouveau projet, vous vous garderez bien d’en avertir les cactus et les scuds moëlleux : il sera toujours temps de les mettre devant le fait accompli, une fois que vous aurez remporté vos premiers succès. A la place, choisissez de fréquenter des personnes encourageantes, celles dont la simple présence et le regard bienveillant renforcent votre estime de soi.

Nous appellerons ces personnes les « dauphins ». Et pour compléter le tableau, recherchez également la présence de « mentors », des « aigles » qui vous stimulent par leur exemple et leur dynamisme et vous invitent à prendre votre envol. Voici un lien vers une carte heuristique (mind map) qui représente les différentes personnes de votre entourage et leur influence, bénéfique ou toxique.

Vigilance : les grincheux ne manqueront pas  de dénigrer les paroles de vos bonnes fées/mentors et autres anges gardiens. Ils tordent le nez avant de lâcher d’un air bégueule : « oh bien sûr, pour Frédéric  tout ce que tu fais est génial, même si tu courais te jeter dans la Seine il te regarderait avec ses yeux de teckel amoureux ».  Dans ces cas-là, n’hésitez pas, sortez la tondeuse à cactus : « oui, j’ai beaucoup de chance de pouvoir compter sur Frédéric ».

Ne vous laissez pas intimider par la croyance, largement répandue, que la méchanceté constitue une preuve d’intelligence et la gentillesse un symptôme de naïveté. Demandez-vous plutôt si les personnes qui la répandent sont heureuses, et contribuent au bonheur de leur entourage.

Troisième catégorie de toxiques : les diamants noirs. Ce sont de fausses valeurs, qui brillent au loin et vous font sentir petites, moches, minables, inutiles. C’est Jacques Séguéla clamant qu’on a raté sa vie si l’on n’a pas une Rolex à cinquante ans. Ce sont les images des mannequins photoshoppées, anorexiques, à côté desquelles vous vous prenez pour un éléphant.  Il est plus difficile de se protéger contre leur influence puisque vous n’avez pas l’occasion de leur répondre et de retourner leurs flèches empoisonnées. Le mieux, face à ces messages dévalorisants, est d’y répondre avec votre définition à vous : « une vie réussie, pour moi, c’est … » en prenant soin d’y inclure la liste de tout ce qui a réellement de la valeur pour vous. Collectionnez les compliments, épinglez-les sur un tableau imaginaire, ou notez-les dans un petit carnet que vous conservez sur vous à tout moment pour pouvoir le consulter en cas de besoin. Réjouissez-vous de vos imperfections : c’est par les petites fêlures que passe la lumière (Léonard Cohen).

le laboratoire du bonheur


S’il est un conseil que je donnerais volontiers à quelqu’un dont le moral ne va pas très fort, c’est d’aller vers les autres. Surprise : la joie peut être au rendez-vous !

Encore faut-il être bien entouré, au risque de s’entraîner mutuellement dans une spirale descendante. Bien entourés nous l’étions tous, la semaine dernière, au Happylab forum (une association qui a pour mission de faire monter la France sur le podium des pays les plus heureux au monde. http://www.happylab.fr/). Ce « Laboratoire du bonheur » rassemble deux fois par an un public venu d’un peu toute la France pour partager un moment de bonheur, entendre des intervenants et participer à des ateliers-découverte.

Or il s’est passé quelque chose de très touchant au Happylab Forum de samedi dernier. Comme le grand conférencier célèbre prévu n’avait pu faire le déplacement, l’équipe du Happylab a décidé de proposer un atelier en remplacement de la conférence. Excellente idée, qui lui a permis de mettre en pratique l’intuition exprimée par Jessica, l’une des fondatrices, dans leur livre « le laboratoire du bonheur ». Cette idée, c’est « qu’en explorant notre bonheur, nous pouvons contribuer à faire celui d’autrui ». Prolongée, cette proposition devient : « c’est en m’ouvrant aux autres que j’ai le plus de chances d’accroître mon bien-être émotionnel, et le leur ». Quitte à surmonter pour cela les appréhensions habituelles et la peur d’exprimer nos émotions en public. La conférence finale a donc fait place à un atelier auquel tous étaient invités à participer. Les consommateurs de bonheur se sont ainsi, de facto, transformés en producteurs-distributeurs, et s’en sont trouvés bien contents, à en juger par l’expression de leurs visages. Des exercices en petits groupes, très simples, facilitaient les échanges dans un climat de bienveillance et d’attention. Ceux qui ressentaient le besoin de pleurer l’ont fait, la plupart ont  découvert le plaisir de l’écoute authentique. Chacun a pris sa douche de compliments, s’est exercé à la gratitude, a fait travailler des groupes de neurones tout étonnés de se trouver dans le même circuit.

Comme le thème du Forum était l’éducation, tous étaient venus avec leurs enfants intérieurs et certains avec leurs enfants réels. Les uns et les autres se sont bien amusés.

Juste avant l’atelier, André Stern http://www.happylab.fr/?works=andre-stern, au fabuleux talent de conteur, nous a fait partager le bonheur d’un petit garçon invité à monter à côté de l’agriculteur sur le siège d’une VRAIE moissonneuse-batteuse en pleine action. Je jure qu’à cet instant, personne dans la salle n’avait plus de quatre d’âge mental, pardon, d’âge émotionnel.

Auparavant, Antonella Verdinani, qui se consacre à la recherche et à l’accompagnement de projets éducatifs innovants,  avait secoué la salle en proposant à des volontaires de guérir des blessures infligées par de malencontreux éducateurs. Les parents présents se sont bien juré de laisser désormais s’épanouir tout le potentiel de leurs enfants libres.

A la fin de l’après-midi, le tour de parole a révélé combien les participants avaient apprécié la confiance qui leur avait été faite. On avait trouvé des clés pour déverrouiller son propre bonheur et celui des autres. On brûlait d’envie d’essayer, juste après, dans le métro, à la maison, le lendemain au travail, dans la vie de tous les jours.

Soudain, l’exception n’avait plus rien d’exceptionnel.

Le livre : http://www.happylab.fr/2014/02/le-10-avril-sortie-du-livre-happylab-le-laboratoire-du-bonheur/

Et cette idée de Frédéric Lenoir, dans la Guérison du monde, sur la prise de conscience du caractère relationnel de l’identité humaine (éditons fayard).

Un grand merci à toute l’équipe de bénévoles, Jessica, Joanna, Benoît, Ludovic, zut j’en oublie j’en oublie j’en oublie…

Bonheur de l’attention choisie


Je vous écris d’un hôtel sinistre, à Tunis, à la fin d’une journée bizarre. (Le mot « sinistre » est largement exagéré, mais il sonnait bien, pardon pour la fausse alerte). Le sujet du jour n’est pas des plus roses non plus : BuencaRmino ne s’intéresse pas qu’au dessin, à la PNL et aux sympathiques petits colibris. Parfois, des thèmes plus difficiles requièrent notre attention. Il faut les traiter aussi,  par souci d’équité, par goût du défi : pour voir jusqu’où on peut aller.

Celui-ci m’encombre l’esprit depuis quelques semaines. Le 15 août, après le suicide de Robyn Williams, mon amie Jeannie Javelosa a posté ce message sur son profil facebook. Je le traduis aujourd’hui, surmontant ma réticence à aborder ce thème pas très « fun ». Parce que cela me paraît plus que jamais nécessaire. Dans son message, elle parlait de la dépression, de ces souffrances cachées autour de nous, que nous ne voulons pas voir. Elle nous invitait à être attentifs, à prendre soin les uns des autres, à ne pas craindre de voir la face laide, rugueuse, de l’existence. Elle écrivait : « il peut arriver à chacun d’entre nous de traverser des moments difficiles. Saviez-vous que les gens qui paraissent les plus forts sont souvent les plus sensibles ? Saviez-vous que ceux qui prennent toujours soin des autres sont souvent ceux qui ont le plus besoin qu’on prenne soin d’eux ? Saviez-vous que les trois choses les plus difficiles à dire sont « je t’aime », « pardon », et « j’ai besoin d’aide » ? Parfois, il faut aller au-delà du sourire d’une personne qui semble heureuse pour percevoir comme elle souffre en réalité. » Jeannie et moi avons tous deux perdu des proches qui, un beau jour, n’ont pas trouvé l’énergie de vivre une minute de plus. Il faut en parler, à tout prix, briser le tabou. Mais pas à la manière ignoblement commerciale dont le fit une grande agence de communication proposant d’en faire un « sujet de conversation », comme on dit aux Etats-Unis. Prévention, oui, récupération, non merci.

Voilà plus d’un mois que, sur l’invitation de Jeannie, j’ai re-posté cet appel à la vigilance et à la compassion sur mon profil, sans mettre à exécution mon intention originelle de le traduire. Et puis voici qu’un article du Monde consacré à l‘essayiste suisse Yves Citton, (lien ici) spécialiste du « capitalisme attentionnel », revient sur le sujet de l’attention. Abordé sous un angle économique, cela donne : « l’attention est devenue le capital de ce nouveau monde, sa richesse et l’objet de toutes ses convoitises ». Et bien sûr, pour faire monter sa « cote », il faut éviter comme la peste d’écrire sur des sujets tels que le suicide ou la dépression. Tant pis pour ma cote. Que dit-il encore ? « Nous sommes à la croisée des Chemins. Chacun peut apprendre à gérer ses ressources attentionnelles (!) pour être plus « compétitif »… ou alors, nous pouvons apprendre à nous rendre plus attentifs les uns aux autres, ainsi qu’aux relations qui tissent notre vie commune ». Yves Citton écrit sur des sujets peu propices à attirer l’attention, justement. Ce qui le rend tout à fait sympathique.  Amoureux des livres, il propose une « écologie de l’attention » (liens ici  et ici)

On y trouve cette idée que l’attention profonde – aux autres, à des musiques, à des œuvres d’art, nous propose une  qualité d’expérience extraordinaire à condition de savoir nous rendre disponibles et de faire ce choix consciemment. C’est ici que reviennent les roses : leur parfum nous promet bonheur et puissance. Vous les méritez bien, vous qui avez fait l’effort de lire jusqu’ici.

La colère est une énergie comme une autre


La colère est une énergie comme une autre, mais plus dense, plus lourde, et plus difficile à gérer. L’important, c’est la forme et la direction qu’on lui donne.

On peut la laisser bouillir sous le couvercle, à petit feu, la contenir un temps, la laisser refroidir ou choisir au contraire de lui donner libre cours. Elle peut alors prendre la forme d’une giclée de lave, d’une éruption solaire, d’un camion fou lancé sur l’autoroute ou d’une bombe à fragmentation. Mais ce camion, qui le pilote? Qui voulons-nous punir? Nous-même? Les autres? Le Monde, ou le Destin?

Le simple fait de clarifier nos intentions transforme cette énergie, lui donne un sens, une impulsion plus réfléchie. Le torrent, sans rien perdre de sa puissance initiale, peut alors devenir un fleuve majestueux sur lequel nous prendrons plaisir à naviguer. Si ce qui motivait la colère était au départ un sentiment d’injustice, nous mettrons désormais tous nos efforts à la réparer, ou à l’empêcher de se reproduire. Il se peut même qu’en résulte un sentiment d’harmonie, tandis que chercher à obtenir vengeance ne nous aurait procuré qu’un mieux-être éphémère. Rétablir la communication avec une personne dont nous pensions qu’elle nous avait offensés, réussir à exprimer un besoin, notre point de vue : tout cela, finalement, nous fait un bien plus durable que la rumination ou l’explosion incontrôlée. Mais pour que cela fonctionne, il faut tout d’abord autoriser, je dirais même savourer le ressenti de la colère dans toute son intensité. Le fleuve ne remontera pas vers la source : accordons-lui la gloire d’atteindre son estuaire.

Pour le dire autrement, il y a des colères qui nous emprisonnent, et d’autres qui libèrent. Laisser vivre et grandir cette émotion, sans nous laisser dominer par elle, nous donne une chance de connaître un sentiment de bonheur paradoxal, inattendu, très intense, et très personnel. Il y a dans cette victoire quelque chose d’un exploit sportif, la joie de l’accomplissement dans la maîtrise. Cette énergie, prenons-là comme un ballon qui cherche un  but. Et marquons.